Langues régionales : les tergiversations de la majorité

Publié le par francoise Olivier-Coupeau

"L'inscription des langues régionales dans la Constitution est une nécessité absolue aux yeux de tous ceux qui militent pour la survie de nos racines.

 Aprés un regrettable épisode, au cours duquel, emboîtant le pas à certains académiciens, les sénateurs de la majorité ont rejeté l'amendement visant à inscrire les langues appartenant au patrimoine de la France dans l'article 1er, le sujet revient à l'Assemblée nationale.

La Commission des lois a réintroduit l'amendement dans le titre 12 consacré aux territoires.
Pourquoi ne pas avoir repris la proposition notamment cosignée par Marylise Lebranchu, Victorin Lurel, Jean-Jacques Urvoas et moi-même, d'ajouter à l'article 2 de la Constitution "le français est la langue de la République" la mention "dans le respect des langues régionales"?

Cette proposition a le mérite de concilier la réintroduction de nos langues régionales dans la Constitution et la réaffirmation du Français comme langue fédératrice de notre République et langue oficielle de notre pays.
La balayer d'un revers de main nous aura seulement fait perdre du temps."
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article