Menace sur les pratiques amateurs

Publié le par francoise Olivier-Coupeau

L'avant-projet de loi du gouvernement visant à encadrer la participation des amateurs aux manifestations culturelles et artistiques suscite l'inquiétude large et légitime de très nombreux acteurs de la vie culturelle de notre pays : praticiens amateurs, festivals, ensembles musicaux, associations, collectivités territoriales... 

Il est certes pleinement justifié de défendre les artistes professionnels, notamment les intermittents du spectacle. Le Parti socialiste n’a cessé pour sa part, et continuera activement de le faire, d’apporter son entier soutien aux luttes des professionnels et de tous les créateurs en faveur de meilleures conditions d’emploi, de formation, de rémunération et de statut. Il souligne à cet égard que la question de l’indemnisation du chômage des intermittents du spectacle n’est toujours pas réglée, ni sur le plan financier, ni sur le plan social.

Mais le texte en préparation, bien loin de  donner un « statut » aux pratiques amateurs ou de clarifier les rapports entre ceux-ci et les professionnels, conduit à imposer aux pratiques bénévoles une réglementation normalisatrice qui leur impose des conditions financières étouffantes. C’est ainsi toute une culture populaire bien vivante qui risque d’être mise à bas.

Ce texte révèle en fait, hélas une fois de plus, l’absence de  politique culturelle de la part du pouvoir, qui ne sait pas penser de véritable articulation entre les milieux professionnels et amateurs, et ce au regard des mutations de la société, du besoin d’expression et de créativité qui s’y développe, ou encore de la sauvegarde des identité culturelles régionales et locales.

Le Parti socialiste demande le retrait de ce texte, inacceptable en l’état, et la mise en place d’un travail approfondi de réflexion, de concertation et de proposition avec l’ensemble des parties concernées.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article