Enseignants-chercheurs."Le compte n'y est pas"

Publié le par francoise Olivier-Coupeau

Réunis hier en assemblée générale dans l'agora devant la Fnac, près de 230étudiants ont voté le blocus de leurs locaux à partir de lundi. Unblocage qui durera au moins jusqu'à mercredi, date de la prochaine assemblée générale.

Ils étaient moins nombreux que mardi, le débat était moins fourni mais l'objectif n'avait pas changé. «Nous devons montrer toute notre détermination, montrer l'attachement que nous avons à notre université, notre volonté de se la réapproprier et cela passe forcément par un blocus. Une grève, c'est un sacrifice des salaires, un sacrifice du temps où l'on étudie. Ce sacrifice vaut le coup parce que c'est notre avenir que l'on joue ici». Les étudiants demandent, entre autres, l'abrogation de la loi LRU (dite d'autonomie des universités) et le retrait du décret de mastérisation de la formation des maîtres.

Hier, ils étaient soutenus dans leur action par les enseignants-chercheurs mais aussi par le maire de Lorient, Norbert Métairie, et par la députée Françoise Olivier Coupeau. Celle-ci a pris la parole pour rappeler qu'elle n'était pas «contre la réforme, mais contre cette réforme. D'ailleurs, j'ai demandé la création d'une mission parlementaire sur le sujet pour que la concertation soit enfin ouverte». Lire la suite...

 

Publié dans Education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article