Conséquences négatives de l'utilisation d'un insecticide pour l'apiculture

Publié le par francoise Olivier-Coupeau

Texte de la Question :

Mme Françoise Olivier-Coupeau attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur le renouvellement de l'autorisation de mise sur le marché français du cruiser en décembre 2008 qui suscite l'extrême colère et incompréhension des apiculteurs. Une récente étude en Italie a prouvé l'extrême toxicité des exsudats de maïs traités aux néonicotinoïdes, de l'ordre de 1000 fois la dose fatale à l'abeille. En Allemagne, son autorisation de mise sur le marché a été suspendue sous l'autorité de l'office fédéral pour la protection des consommateurs et de la sécurité alimentaire, faute de remplir les conditions d'innocuité requises notamment au regard des abeilles. Compte tenu de sa persistance dans le sol et de sa systémie, le cruiser ne devrait être employé qu'une fois tous les trois ans, sur la même parcelle. Après des années d'utilisation du gaucho et du régent, le cruiser remet en cause plus que jamais la pérennité de la filière apicole. Aussi elle lui demande si l'on doit encore une fois se contenter avec fatalité de l'explication de la mortalité des abeilles par des causes multifactorielles ou bien convenir que l'utilisation de pesticides en grande quantité peut-être néfaste pour l'environnement.
Question publiée au JO le :  07/04/2009  page :  3178