Question à M. le ministre de l'éducation nationale sur la place des sciences économiques et sociales (SES) dans la réforme du lycée

Publié le par francoise Olivier-Coupeau

Texte de la question :
Mme Françoise Olivier-Coupeau attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la place des sciences économiques et sociales (SES) dans la réforme du lycée. Cette réforme prévoit de cantonner les SES à un statut optionnel « d'enseignement d'exploration » de 1 heure 30 par semaine en classe de seconde, c'est-à-dire un horaire en recul de près de 50 % de l'offre actuelle. C'est une relégation incohérente en termes d'orientation des élèves et en contradiction avec les engagements pris par son prédécesseur qui avait annoncé, en 2008, la généralisation de l'enseignement des SES en seconde, reconnaissant que la crise actuelle et, plus généralement, la complexité croissante des sociétés dans lesquelles nous vivons avaient montré combien la compréhension des mécanismes économiques et sociaux était essentielle pour de futurs citoyens. Comment choisir de manière éclairée son orientation en fin de seconde si la matière principale de la série ES - les SES - est si peu abordée ? Aussi, elle lui demande quelles mesures il entend prendre pour ne pas cantonner l'enseignement des SES à un enseignement à statut optionnel.
Question publiée au JO le :  22/12/2009  page :  12166
 Être alerté de la réponse (merci de rappeler le thème de la question en objet)