Petites phrases...

"C'est une 'loi d'amnistie' pour les grandes enseignes qui ouvrent le dimanche dans l'illégalité." (Martine Billard, députée verte, lors du débat à l'Assemblée sur le travail le dimanche)

"Ma femme Isabelle m'a dit: 'Jean-François Copé, c'est toi il y a 20 ans'. Je trouve que c'est un très beau compliment… Pour lui!" (Alain Juppé, cité par Le Parisien)


"Il faut arrêter de changer les textes avec une démagogie lénifiante", (Martine Aubry sur RTL, après les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy contre la violence lui reprochant d'avoir fait jusqu'à maintenant "surtout beaucoup d'annonces sans beaucoup de résultats".)


"Faudra-t-il bientôt remplacer les panneaux 'Attention, école !' par des pancartes 'Danger, écoliers !' ?" (Jacques Camus, La République du Centre >

"On pourrait même ouvrir des salles de télétravail dans les maternités et les centres anticancéreux" (Jean-Pierre Grand, député villepiniste, se moquant de l'amendement Lefebvre sur le travail pendant la maladie) 25 mai 09


"Il faut dépenser maintenant et s'inquiéter plus tard"
(Stephen Harper, Premier ministre canadien, à propos de la crise)

"On nous fait un pudding : un mélange compact, indigeste et pour tout dire immangeable" (<(François Hollande, à propos des propositions de la commission Balladur de réforme des collectivités locales)


 
Jean-Marie Messier revient faire la promo d’un bouquin sur la crise financière. A l’occasion de sa tournée des plateaux télé, il livre sa vision de la crise :

La principale leçon, c’est que le capitalisme financier à déconné grave durant cette crise.

On note la finesse de l’analyse. Pour son auteur, tout a l’air ok, il va mieux que bien.


 
Xavier Bertrand, nouveau secrétaire général de l’UMP, est prêt à tout pour faire avaler la pilule Kouchner avant le prime-time du Président jeudi.

Moi je n’ai pas lu ce livre mais ce que j’en retiens et ce que je sais, c’est que c’est un livre à charge.


 


"Les chaussettes rouges, c'est mon 'Friday wear' à moi" (François Fillon à propos de l'épisode des chaussettes rouges portées au Québec qui lui a valu quelques soucis diplomatiques au sommet de la francophonie en octobre dernier)


"Nous avons tous fait, à droite et à gauche, des flibusteries" (Nicolas Sarkozy, lors de ses vœux aux parlementaires)

"Les 'avancées'" du livre blanc sur la défense, "ressemblent à des lubies" ('Surcouf', groupe de généraux, Le Figaro)

La presse française n'a "plus grand chose à envier aux tabloïds anglo-saxons" (François Fillon, sur France 2)


"Je crois qu'il faut que j'arrête la bière, voilà la vérité. Si j'ai pris du ventre, c'est uniquement parce qu'il m'arrive de boire une bière. Certes, j'aimerais bien être enceinte, mais je ne le suis pas" (Carla Bruni-Sarkozy, Metro)


"Lorsqu'on dit qu'il n'y a pas de différences entre la télévision de service public et les télévisions privées, je trouve cela faux, je trouve cela stupide, et je trouve cela profondément injuste." (Patrick de Carolis, président de France Télévisions)






"Je me dis 'attention', si on attend septembre 2009, c'est encore un an où le téléspectateur aura entendu dire qu'il allait se passer des choses et que ça allait changer et où il ne se passera rien" (Nicolas Sarkozy, après avoir annoncé un début de suppression de la publicité à la télévision dès janvier 2009)

"Il y a sans doute des gens extrêmement cultivés à droite et sans doute des ignorants à gauche. Je suis de ces derniers, ignorante!" (Carla Bruni-Sarkozy)


"C'est quand même anormal de vouloir donner de l'argent de l'Etat, qui n'en a pas beaucoup, à des gens qui ne veulent pas travailler parce qu'on les paye trop et coûtent aussi beaucoup d'argent à l'Etat" (Serge Dassault)
 

"J'ai cru que l'on parlait d'un verdict rendu à Kandhar" (Fadela Amara, à propos de l'annulation d'un mariage pour cause de non-virginité)

"Le fait d'annuler un mariage est aussi un moyen de protéger la personne qui souhaite peut-être se défaire du mariage, parce que je pense que cette jeune fille (...) a souhaité également, sans doute, se séparer assez rapidement. (…) La justice est là pour protéger les plus vulnérables" (Rachida Dati, ministre de la Justice)

"Et pourquoi pas une plume dans le derrière ?" (François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, en réponse à la proposition d'André Santini aux fonctionnaires grévistes de mettre "des brassards à la japonaise")

 

"A chaque fois qu'un responsable de la majorité fait une proposition, il ne faut pas qu'il prenne tout de suite un démenti, sinon, c'est triste" (Jean-François Copé, visant Xavier Bertrand après les déclarations de Patrick Devedjian sur les 35h)

"Le pétrole est une ressource inépuisable qui va se faire de plus en plus rare" (Dominique de Villepin). 



Xavier Darcos dans le Figaro :  

« Une fois les banderoles, les cercueils, les rimes sur Darcos en ‘os’ du style ‘Darcos au galapagos !’ ou ‘Darcos, tu l’auras dans l’os !’ rangées, que restera-t-il sur le fond, c’est une bouffonnerie »
Sur le fond, il restera au moins "une règle de tros!"



Hervé de Charrette rentre en dissidence :
  

« L’UMP est un parti qui a été organisé de façon autoritaire par Nicolas Sarkozy, mais son fonctionnement devient inadapté sous le présidence brejnevienne de Patrick Devedjian »






François Fillon devant les nouveaux militants UMP Salle Gaveau pour le premier anniversaire de l'élection de Nicolas Sarkozy :
"Le président au fond de lui-même reste un militant, un rebelle qui refuse d'être étouffé par les habitudes du pouvoir".
Le Fouquet's pour cantine, une Rolex au poignet, des croisières sur des yachts somptueux, des villégiatures de milliardaire, top model, avion privé etc..sacré rebelle va !!!


Nathalie Kosciusko-Morizet au Figaro : "Je suis la seule vraie blonde du gouvernement"

Décidément, Nathalie ne se sera pas une fidèle mexiquaine...



Sarkozy à Aix La Chapelle…Ich liebe dich Frau Merkel

"La presse parle beaucoup de notre couple", a lancé Nicolas Sarkozy en s'adressant au mari de la chancelière, Joachim Sauer, rebaptisé pour l'occasion "M. Merkel", du nom de son premier époux. "Je voudrais lui dire de ne pas croire tout ce qui est écrit dans la presse: j'aime Angela Merkel beaucoup plus que ce qu'ils disent", a-t-il assuré.

mais pas mauvais non plus…Juan Carlos d’Espagne…

Lauréat du prix Charlemagne en 1982, Juan Carlos d'Espagne s'est lui signalé par une bévue royale, saluant devant la foule ses "amis d'Aix-en-Provence"...




Nicolas Sarkozy : "Quand on est jeune, forcément on est inquiet"

Bernard Laporte, ministre des sports : "Je voulais voir les Antilles de vive voix" (phrase prononcée à son arrivée en Guadeloupe)

François Goulard (UMP) :
"Johnny Hallyday qui annonce son intention de rester Français et Bernard Laporte qui entre au gouvernement, c'est une période faste pour l'intelligence française".

Christian Estrosi, ministre de l'Outre-mer : "Vous avez vu comme Monsieur Sarkozy est populaire en forêt amazonienne ?" (Phrase prononcée lors de son voyage en Guyane)

 

De Gaulle qui répondit à un quidam qui lui criait “Mort aux cons” : “Vaste programme”

Chirac en réponse à un individu grossier qui le traitait de connard : ”enchanté, moi c est Jacques Chirac”

  




Commentaire de Rama Yade à propos de sa collègue Rachida Dati, ministre de la Justice :

J’ai essayé de partager avec elle ma passion pour l’histoire de la Ve République, mais elle ne s’intéresse qu’aux robes, qu’aux soirées."

Source Nouvelobs




Jean-françois Copé, ce grand sensible

Jean-François Copé, patron des députés UMP accusé par Nathalie Kosciusko-Morizet de ne pas tenir le groupe UMP, revient sur les excuses de la sous-ministre présentées lors du conseil de l’UMP mercredi :

"Tout ça s’est fait dans le calme, l’apaisement retrouvé et même un peu d’émotion (…) On peut simplement avoir son petit coeur qui saigne. C’est ce qui m’est arrivé."

Copé jouant les grands sensibles, petit coeur qui saigne, petits poings serrés, rouge de rage et tapant de ses petits pieds comme un gamin en culotte courte, ça fait penser à Aignan du “Petit Nicolas”.



Jean-Pierre Raffarin est très actif cette semaine. Après son interview au Parisien, il revient sur son blog sur l’affaire de la baudruche du badge des athlètes français :

« Imprimons tout simplement notre devise avec notre drapeau : Liberté, Egalité, Fraternité, tout est dit ! »

Très bonne idée ! Et même, pour faire plus simple et comme notre drapeau est le symbole de ces trois mots, demandons à tous les athlètes de porter un badge avec le drapeau français, et de défiler derrière le drapeau français, et de demander la nationalité française !

  • source : le Blog de Jean Pierre Raffarin
Retour à l’accueil 


"Combien faudra-t-il de dizaines de milliers de chômeurs en plus avant que le gouvernement se décide à réagir ?" (Martine Aubry)

"Je serai le ministre de l'Explication nationale" (Xavier Darcos, sur la réforme du lycée)

"C'est un exemple pour nous tous" (Rafa Benitez, entraîneur de Steven Gerrard à Liverpool, quelques semaines avant l'arrestation de ce dernier pour "agression et rixe")

"Moi, je suis fromage et dessert" (Roger Karoutchi, interrogé pour savoir s'il préférait Xavier Bertrand ou Jean-François Copé



"Le budget de l'Elysée ne connaît pas la crise" (Titre du rapport du député socialiste René Dosière)


"J'espère au moins que cette crise aura guéri Nicolas Sarkozy et de son admiration pour les crédits hypothécaires et de son admiration pour la retraite par capitalisation (...) à laquelle (il) rêvait" (Ségolène Royal, Europe-1)


"Sarkozy, tu es en train de te rapprocher du socialisme, bienvenu au club, ce sont des idées intéressantes". (Hugo Chavez, président du Venezuela)

 
 

"Par nature, la France n'est pas en récession. 1% de croissance" sur l'ensemble de l'année, "ce n'est pas une récession, c'est une très faible croissance" (Eric Woerth, à propos des prévisions de croissance de l'Insee)


"Qui pourrait regretter que le président, en apportant la garantie de l'État aux épargnants, se conduise en père protecteur des Français, assumant ainsi la fonction tutélaire dévolue, de tout temps, dans notre pays au 'souverain', fût-il républicain ?" (Etienne Mougeotte, dans son éditorial pour Le Figaro)


"L'ère de la cupidité et de l'irresponsabilité à Wall Street et à Washington nous a conduit vers des temps dangereux" (Barack Obama)



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :